Le Bloum, c’est une aventure qui débute à l’automne 2014. Amélie et Clemence sont kinés en ville et amies dans la vie . Apres les études, les voyages, elle se retrouvent dans le même cabinet parisien.
Au détour d’une conversation entre deux patients, elles reparlent du jokari, ce jeu oublié qui faisait fureur dans les années 30. Souvenir d’enfance pour Amélie ; coup de foudre sportif sur le tard pour Clémence. L’idée de lui redonner une nouvelle jeunesse nait.

Elles le dépoussièrent, le retapent, lui donne un coup de pep’s et l’été 2015, elles le font découvrir à leurs amis via une production artisanale de 100 Bloums. Ces ambassadeurs envahissent les rues, les parcs, les plages, les quais.

Ils ont immédiatement aimé ce « nouveau squash de rue » et développent une réelle communauté autour de ce jeu.

Fortes de ce succès et portées par l’enthousiasme des néobloumeurs, elles se lancent le défi de créer leur entreprise.

Elles font donc appel aux talents et aux compétences de tous leurs copains qui n’hésitent pas à les aider. Le prototype 2016 est élaboré en collaboration avec une amie designeuse.

Puis, très vite, ayant l’envie de rendre leur projet solidaire, elles se tournent vers un ESAT et leur confie la production des bloums de A à Z.

En mai, afin de toucher un plus large public, elles lancent une campagne de financement participatif. Avec 205 précommandes, l’objectif est atteint. la production peut débuter et c’est ainsi qu’à l’été 2016, le bloum part dans les valises de vacanciers et parcourt humblement le globe.